... et on s'est embrassé.

Création 2015

La compagnie Anda Jaleo était l’invitée du Rize, pour un an de résidence, de rencontres et d’échanges artistiques, dans la ville et avec ses habitants, autour d’un thème universel : l’amour. A travers ce projet de recherches et d’expérimentations artistiques, l’équipe a réalisé une nouvelle récolte de témoignages. Au total, une quinzaine d’entretiens longs et quelques micro-trottoirs ont permis de rassembler une diversité de récits autour du sentiment amoureux. De toutes ces histoires vraies, nous avons recomposé une fiction : …et on s’est embrassé.

 

Le spectacle

Alors qu’il dîne avec sa femme, un homme replonge brutalement dans ses souvenirs, 40 ans plus tôt, et fait réapparaître l’image de son premier amour. Celle de cette femme dont la passion à l’époque n’avait fait que l’effleurer. Pourtant, quelques décennies plus tard, la puissance de cette histoire avortée demeure en lui, comme une marque indélébile. Aujourd’hui, il se souvient. Tantôt acteur de sa mémoire, tantôt dépassé par les images d’un temps qui se joue de lui…

En convoquant la mémoire et les souvenirs, nous tentons de faire apparaître les défaillances, les incohérences, les images du passé qui se transforment au fil du temps. Et ainsi, découvrir que la mémoire nous joue parfois des tours, embellit, enlaidit, fait disparaître…A travers cette création, nous questionnons les traces laissées par l’amour au fil des années. Comment un souvenir vieux de plusieurs décennies peut encore vivre et émouvoir aujourd’hui ? 

Sur le plateau, deux comédiennes, tour à tour, interprètent au micro la « petite voix intérieure », le subconscient du mari à la manière d’une narration. A certains moments, les scènes du passé sont interprétées en direct par les protagonistes. Chorégraphié et visuel, ce spectacle dévoile à travers des images fortes l’univers intérieur de cet homme tiraillé, en proie à ces souvenirs qui se fracassent et tournoient au rythme de ses doutes et de ses désirs. Les corps et le souffle traduisent ces états de rupture et de trouble, oscillant entre des moments légers ou emprunts de gravité.   

Entre réalisme et onirisme, le passé vient se perdre au présent. La danse et la musique, mêlées au jeu, tentent de dérouler le fil de l'oubli...

 

Note d'intention

« La question de la mémoire et les enjeux de sa transmission sont constitutifs de la démarche artistique de la compagnie. En résidence autour du thème de l’amour, de nombreuses personnes nous ont confiés le récit de leurs expériences. Des lectures publiques pendant cette période nous ont permis d’appréhender la diversité des paroles récoltées et d’amorcer le processus d’écriture. A l’issue de cette étape dramaturgique, nous avons été confrontés à la difficulté d’écrire un texte compte tenu de la multiplicité des vécus. Notre rencontre avec une personne âgée qui a tout oublié de sa vie amoureuse a suscité alors au sein de l’équipe artistique de nouvelles réflexions sur le mécanisme de la mémoire et questionné notre mode de restitution des témoignages pour nous conduire à expérimenter et approfondir des langages artistiques.  Nous interrogeons alors le fonctionnement des souvenirs et de notre représentation des événements passés avec un texte qui plonge les spectateurs dans les méandres de la mémoire d’un homme en prise avec son passé. Nous abordons la dualité du réel et du fantasmé, le désir, la passion, la rupture et la solitude composant un univers étrange et familier à la fois. Nous développons aussi un vocabulaire émotionnel avec un engagement corporel et traduisons l’altération du processus sensoriel de cet homme en ruptures, notamment au travers de la musique et de la lumière. »

Frédéric Joannès, metteur en scène du spectacle

 

Distribution

Ecriture : Solène Angeloni, Frédéric Joannès, Jean Lacroix, Mathilde Ménager
Mise en scène : Frédéric Joannès
Jeu : Solène Angeloni, Jean Lacroix, Mathilde Ménager
Musique : Solène Angeloni, François Robert
Chorégraphie : Barbara Loison, Mathilde Ménager
Scenographie : Leslie Calatraba, Thomas Maincent
Costumes : Catherine Ray
Création lumière et régie : François Robert

Création coproduite par le Rize de Villeurbanne, soutenue par la Ville de Villeurbanne et la DRAC Rhône-Alpes.
 

 

Galerie photo

Galerie vidéo